Complètement toqué ce Nicolas Paugam ?

 
Peut-être par manque d’habitude, sans doute par paresse mais qu’il est dur à digérer ce quatrième album de Nicolas Paugam. A-t-il eu les yeux plus gros que le ventre ? Nul doute qu’il faudra à l’auditeur·trice plusieurs écoutes pour appréhender ces collages sonores entre musique expérimentale et variété française.

Des mélodies pop tout à la fois joyeuses et mélancoliques qui s’insinuent tout en douceur dans le cortex cérébral. Ici ce n’est pas la barrière de la langue mais bien cette voix haut perchée, rappelant celle d’un autre excentrique aux intimes confessions, qui peuvent freiner le processus de digestion. Il serait pourtant bien dommage de rester sur le seuil à contempler timidement le menu. Ici la musique assaisonne parfaitement les textes, les mène dans de nouvelles contrées pour mieux révéler toutes leurs saveurs. On y retrouve l’éloquence poétique des Grandes Artères de Louis Jean Cormier et un certain désenchantement propre à l’Homme à Tête de Chou. Des pointes de Bossa, ce grain de folie, cette audace désarmante et cette générosité débordante : des recettes qui rappellent celles du chef Pierre Vassiliu dont les voyages ont fait le tour de bien des platines.

Une nourriture riche et colorée que vous pourrez déguster lors de son concert vendredi à La Grande Famille à Pinsaguel.

Julien

Retrouvez Nicolas Paugam sur Facebook
Plus d’infos sur l’évènement

Crédit photo : Fred Boyer