L’incantation métalleuse de Soror Dolorosa

 
Ce métal à l’état brut est originaire de la ville rose et se prénomme Soror Dolorosa. Un nom qui pourrait en faire fuir plus d’un mais il ne faut pas se fier à la première impression. Un des membres a eu l’idée de ce nom à cause d’un roman intitulé Bruges-la-morte de Georges Rodenbach, célèbre écrivain flamand. Un roman marqué par la nostalgie et le deuil. C’est alors la ligne directrice qu’a naturellement pris le groupe.

Le dernier album de Soror Dolorosa ou « Amoureux de la douleur » en latin est sorti en 2017. Un album puissant intitulé Apollo. Le morceau The End peut résumer l’ambiance générale de ce trop plein d’énergie, l’expression de la passion du groupe pour la coldwave mélangé au darkwave. Sur une rythmique froide les guitares s’accumulent pour donner de l’ampleur à la voix grave du chanteur. À la fois minimaliste et introspectif le titre semble se déchirer entre ombre et lumière. Le clip propose des moments accélérés et d’autres très lents à contrario de la musique, on ne sait plus sur quel pied danser. Un visuel assez défaitiste qui montre qu’on ne prend conscience des choses qu’on aime que lorsqu’on les perd.

C’est avec plaisir qu’on vous pousse à aller vous faire envoûter le 7 juin à l’Usine à Musique.

Manon D


Retrouvez Soror Dolorosa sur Facebook
Infos sur l’évènement