Notre Itinéraire dans ce Détours de Chant

Opus enfile son gilet (jaune bien sûr) pour vous guider à travers cette nouvelle édition du festival Détours de Chant qui a débuté cette semaine. Pas tout à fait majeure mais plus ouverte que jamais, l’oreille toujours rivée sur les découvertes, cette 17e édition prouve une nouvelle fois que la chanson s’insinue dans tous les styles.  Le but est limpide, croiser les genres, les publics et les lieux et on va essayer de vous aider à ne pas vous y perdre.

 
DUM SPIRO 

Jeudi 25 janvier à 12:30 @ La Pause Musicale, salle du Sénéchal

Du rock ? De l’electro ? Du slam ? Du rap ? Zedrine & le beatmaker Francis Esteves vous ouvrent les portes de leur laboratoire dans lequel il fusionne les genres et les sons afin de trouver l’environnement pour cette poésie hybride et si singulière. On adore !

 
LEILA HUISSOUD

Jeudi 25 & vendredi 26 janvier à 21:30 @ Le Bijou

Révélée par des émissions de télé crochets, Leila Huissoud c’est d’abord une voix. Pleine de justesse, de douceur et d’émotion avec laquelle la jeune iséroise conte ses histoires d’amour, ses scénettes du quotidien… un coté fleur bleue  qu’elle aime aussi essuyer sur le paillasson.

Des chansons sobres et épurées, une force d’écriture qui frappe au cœur et aux tripes. A ne pas manquer (si vous avez votre place car les concerts affichent complets.)

 
GAEL FAURE

Jeudi 25 janvier à 21:00 @ Le Taquin

Gael Faure devrait présenter son 2e album « Regain » et des morceaux comme ce très beau Ereinté ou le chanteur valentinois délaisse les balades folk du précédent opus (« On dirait l’Islande ») pour une chanson habitée irradiée de nappes synthétiques. Une guitare sèche qui se fait électrique, de nouvelles textures, mais toujours cette voix chaleureuse qui fait que nous suivrons toujours avec plaisir les petits cailloux qu’il sème.

 
BRUIT QUI COURT

Dimanche 28 janvier à 16:00 @ Médiathèque José Cabanis

On ne sait pas vraiment où la nuit les a emportés, pas vers le succès et  les charts en tous cas, et les oreilles des auditeurs sont elles prêtes pour ce rock rageur, ces pamphlets cinglants ? Le flow plein de colère et d’indignation de Nicolas Lafforgue cognent juste et sont parfaitement mis en valeur par les nappes sombres de clavier.

Pour ceux qui ont le poing levé qui les démange et l’envie de tutoyer cette lumière au bout du tunnel.

 
FANTAZIO & THEO CECCALDI « PEPLUM »

Mardi 30 janvier à 20:00 @ Le Metronum

Pour ce voyage, nous devrons nous fier à la présentation du spectacle « Une boîte à surprises concoctée par l’union inédite de deux histrions de l’impro. Au menu : beau bazar et berceuses turbulentes. »

Difficile de savoir à quoi s’attendre quand on connait l’univers à la fois bordélique et poétique de Fantazio. Jonglant entre le jazz, la chanson et le rock, vos oreilles ne ressortiront pas indemnes de cette expérience musicale et vous remercieront de vous être éloignés des sentiers battus.

 
ERWAN PINARD

Mercredi 31 janvier à 19:30 @ Cave Poésie

Ceux qui ont déjà croisé la route de cet immense et étrange personnage s’en souvienne forcément. De sa voix profonde et puissante, Erwan Pinard scande des histoires à la poésie désenchantée, plein de cynisme et de tendresse. Un être à part dans la chanson,  quelqu’un qui veut qu’on l’aime de loin mais terriblement attachant.

Accrochez-vous bien car quand 2 mètres de colère s’abatte sur toi… C’est que du bonheur !

Julien