Zoufris Maracas, vu par le KKC Orchestra


Jouer en festival ou faire des concerts chaque semaine ne permet pas de découvrir une nouvelle perle musicale à chaque voyage. Mais parfois il arrive de croiser des OVNIS. Zoufris Maracas ! Une liberté de ton pour une des intro de concert  les plus remarquables que j’ai vu en 8 ans de carrière : leur guitariste commence à jouer et au bout de 2 min arrive leur chanteur, mélange de je m’en foutisme apparent et d’accent du sud prononcé. 10 min de tchatche ou tous les sujets qui lui passent par la tête sont abordés. Faut dire qu’on jouait dans une ville FN et qu’il avait de quoi interpeller le public. On ne savait pas s’il était bourré ou juste dans une autre stratosphère. Surement un peu des deux d’ailleurs. Toujours est-il qu’on a vite oublié les codes de la musique actuelle, les concours habituels de « qui joue fort », qui « brille plus » ou qui est « plus sensible que les autres ».  On était juste collé aux lèvres d’un mec qui donnait son avis, qui parlait aux gens avec sincérité, quitte à se perdre un peu en chemin. Au bout d’un moment il a lancé le concert… J’ai apprécié deux, trois morceaux et je les ai laissés pour me préparer.
En rentrant chez moi j’en parle à ma chérie qui connaissait leur musique, elle me montre leur clip Et ta mère et me fait écouter la chanson Chienne de vie. J’adhère une deuxième fois. Le fond et la forme. Des textes bien tranchants sur une musique plutôt dansante. Pour être sur, on profite d’un de leur passage en Aveyron pour aller écouter un concert entier. Pas de claque musicale mais un moment de partage authentique qui pour moi vaut le meilleur des concertistes. Pas de rythme imposé si ce n’est la danse que leur musique impulse au public, qui s’en donne à cœur joie. Et cerise sur le gâteau, des paroles rentre dedans ou subtils, qui dénoncent sans lever de drapeau ou de poings comme il serait facile de le faire. Voilà un groupe qui ne prends pas les gens pour des cons en leur servant de la soupe et des codes souvent redondant et lourd à digérer. Ca ne sera jamais un groupe référence pour moi mais je suis content de partager le plateau du Bikini avec eux le 13 octobre.

Djul, KKC Orchestra.


Retrouvez le KKC Orchestra sur leur site et Facebook
Retrouvez aussi Zoufris Maracas sur leur site et Facebook