Mister Galette : « Le vinyle a un charme incroyable ! »

Depuis plusieurs mois, on suit sur instagram un toulousain collectioneur de vinyles. Cete passsion s’est transformée en e-shop, Damien est devenu Mister Galette ! On a posé quelques questions à ce vinyle addict toulousain, à quelques jours du Disquaire Day !

Bonjour Damien ! D’où te vient cette passion pour les vinyles ?

Dam’s : Bonjour Rémy ! La platine que je possède est celle de mon père. J’ai connu cette même platine qui tournait déjà quand j’étais petit. Le vinyle est un support que j’ai toujours connu mais que j’ai adopté bien tard ! Il y a une dizaine d’année on m’a offert ACDC / Back In Black en vinyle alors que j’étais pas équipé. C’est par la suite que mon père m’a appelé et m’a demandé si je voulais récupérer la platine familiale. Et voilà, je suis maintenant frappé de plein fouet par cette maladie du 33 Tours. Aujourd’hui, c’est ma principale source d’écoute musicale !

Cette passion pour les galettes est devenue un e-shop : comment s’est faite la transformation ? 

Alors, il y a un moment, je composais de la musique électronique. Mon pseudo était Mood-K. Ensuite, je suis passé à autre chose, car devenu papa, je n’avais plus de temps à consacrer à la production musicale. C’est alors que j’ai démarré un compte Insta sous le pseudo Mister Galette. 

Voyant cette passion pour la photo et les vinyles grandir, j’ai décidé de quitter mon job à plein temps pour me lancer dans un projet entrepreunarial consacré à ce projet d’e-shop. J’avais mon Coeur qui me dictait de pendre ce chemin, d’allier passion et travail. Après une campagne de Crowdfunding qui s’est terminée sur un succès, j’ai pu lancer ce projet et monter mon site e-commerce. Une véritable reconversion autour de la musique avec aujourd’hui une marque déposée et un univers créé. C’est une aventure incroyable ! 

Le 20 juin, c’est le disquaire day : quels sont tes disquaires favoris à Toulouse ? 

Je suis un grand adepte de Paul Émile Vinyl ! Mais qui n’adhèrent pas forcément a cet événement pour des raisons qui leurs sont propres. Et ma deuxième maison est le Laboratoire ! J’aime beaucoup son gérant, Cédric, qui a un super contact et une belle culture musicale ! 

On t’a découvert via les réseaux sociaux, notamment Instagram où on voit ta belle collection. Quels sont les 3 essentiels de ta discothèque ? 

Houla !!! Difficile à vrai dire ! Mais allez soyons le plus clair possible ! 

En première position Pink Floyd avec « Wish You were here ». En second, Sweet Smoke « Just a poke ». Les deux premiers sont d’ordre du Rock Progressif. En troisième position, un disque aussi culte pour moi : Thylacine avec son « Transsiberian » qui a mon sens est un disque avec un projet autant abouti musicalement que par le disque lui même. Une véritable aventure partagée par le jeune prodige. Ces disques doivent facilement tourner entre 1 et 2 fois par mois ! 

Un conseil avant d’acheter un vinyle d’occasion ?

Belle question ! J’ai justement rédigé une guide sur mon blog que l’on peut télécharger gratuitement. Mes conseils ultimes seraient dans un premier temps de TOUJOURS sortir le disque de sa pochette et derrière de vérifier sa véritable valeur sur Discogs via l’application. Ces deux conseils pourront vous éviter bien de déceptions en rentrant à la maison et d’éventuelles frustrations (rires).

Quand on collectionne des vinyles comme toi, on écoute uniquement du vintage ou on s’intéresse aussi aux nouveautés ?

Je pense que les disques et groupes anciens ont leurs rôles à jouer dans l’histoire de ce support mais aujourd’hui, tous les nouveaux artistes n’hésitent pas à presser leur musique sur vinyles. 

A mon sens, on aime écouter les musiques actuelles sur vinyles. Je pense que pour un artiste, c’est devenu incontournable de vouloir faire presser sa musique. Ça a tout de même un charme incroyable ! 

Il y a peut-être des gens qui se posent la question : quelle est la différence entre un 33 et un 45 ? Est-ce qu’on a une différence d’écoute ? D’ailleurs il faudrait inventer le 31 tours pour Toulouse, le 33 c’est pas notre truc !

Hahaha le 31 ! Pour le 45 Tours, l’écoute est nettement meilleure mais plus courte. Pourquoi ? Le sillon est plus large, plus précis donc la sonorité est plus qualitative. J’aime écouter les maxis mais je dois l’avouer, me relever souvent c’est pas mon délire et je ne suis pas DJ (rires). Le 33 (LP qui veut dire Long Play) est un compromis beaucoup plus sympa ! Et puis derrière, les pochettes, les gatefolds… les 33 tours ont un charme indéniable ! 

Je crois que j’ai vu passer un disque toulousain dans ta collection : Fanel ! C’est bien ça ?

YES ! Bera et son projet authentique de réunir les sonorités nippones car elle est passionnée par cette culture. Je les avais soutenu via leur crowdfounding. Et j’étais littéralement tombé sous le charme de sa musique, des ses clips et des sonorités folles que Fanel offre à son public. Vraiment, allez-y les yeux fermés et les oreilles grandes ouvertes ! 

Est-ce qu’un fan de musique comme toi consomme aussi la musique en concert ? Tu as des souvenirs marquants de live à Toulouse ou ailleurs ? 

Les concerts, comme l’équipe d’Opus, j’en vis énormément ! Que ce soit en festivals, en salles… J’aime aller en concert. Mon plus gros souvenir reste ACDC à Nice. J’ai vécu un rêve éveillé, la scénographie était folle, l’énergie était à son comble, bref… le concert de ma vie ! Je peux mourir tranquille (rires).

Bon et pour finir : on se lance une gamme de t-shirts Mr Galette ft. Opus ? haha

Allez ! Nos couleurs se rapprochent (rires). On pourra très bien allier un univers commun avec des idées plus qu’originales ! On commence quand ? 

Quand tu veux on est chauds ! Question rituelle chez Opus pour finir : si on te laisse imaginer ton festival idéal, il se passe où et tu fais jouer qui ? 

Mon festival idéal est déjà tout imaginé ! Il se passerait pas loin, dans le Tarn ! Région avec de grands espaces, des vignobles… Tout TOULOUSE pourrait y accéder sans problèmes ! 

J’y verrais bien un coucher de soleil avec les vignes et le domaine en fond, des éclairages en violet et bleu, une scène superbe avec des exposants vinyles, un beau stand Mister Galette et Opus (rires), un camping arboré avec une touche vintage.

La scène serait composé des artistes du label de Chinese Man records, les lillois Ours Samplus avec leur beat making époustouflant, Fanel, Roméo Elvis, IAM, Deluxe, Rooselvelt et son peps, Sabotage (Groupe Toulousain), The Boston Shakers (Groupe Anglais), Royal Blood, Bonobo, Thylacine, Fakear, Rone, la Fine Équipe, Seasick Steve, Ben Harper avec ses vieux tapis sur scène, Toto, dropkick Murphy’s, Los Orishas, Maribou State (⭐️), Alt-J, et pourquoi pas Hans Zimmer pour un voyage inoubliable ! 

Je pense qu’on y serait bien avec des bons vins gaillacois ! 

Ouais ça donne envie cette affiche-là ! Merci pour tes réponses Damien !

Opus merci de m’avoir donné la parole. C’est un véritable plaisir d’avoir répondu à vos questions ! On se voit bientôt !

Interview par Rémy