Les Bulles Sonores : « notre public est à l’image de la programmation : éclectique ! »

A la fin du mois d’Octobre, Limoux accueille pour la cinquième année le festival Les Bulles Sonores. Un événement qui accueille une scène éclectique, entre groupes mythiques comme Tryo ou Les Wampas et talents actuels à l’image de Vald, Georgio ou encore Møme entre autres… On a posé quelques questions à Pierrick Aunillon, coordinateur du festival Les Bulles Sonores pour le réseau SPEDIAM….

Bonjour Pierrick. Avant tout, comment est né ce Festival ?

Les Bulles Sonores sont nées d’une volonté commune de 3 entités : la SPEDIDAM : société civile de gestion de droits d’artistes qui souhaite, au travers de son réseau de festival LE RÉSEAU SPEDIDAM, développer le spectacle et l’emploi d’artistes partout en France. Ensuite, la ville de Limoux qui souhaitaient un événement culturel en faveur des musiques actuelles d’ampleur sur son territoire. Et enfin le réseau SPEDIDAM a accompagné l’association Voix Ô Pays et les vignerons de l’AOC Limoux pour construire ce projet.  

Pourquoi avoir choisi cette période fin octobre ? Généralement ce genre de Festival se déroule en été… 

Justement la période est très chargée en été, aussi bien pour les festivals, les groupes, que pour les vignerons ! l’idée était d’avoir un événement rassembleur après la période des vendanges. Nous sommes dans un pays de vignerons donc le calendrier viticole est très important.

Quel est l’implication de la ville et des habitants de Limoux ? Le festival a-t-il des répercussions économiques pour le territoire ? 

La ville de Limoux est le principal partenaire du festival, après la SPEDIDAM. Cela passe par une aide financière mais également matérielle et technique : tous les agents sont mobilisés pour faire en sorte que nous organisions un bel événement.

Les habitants de Limoux ont toujours été impliqués depuis le début dans le festival : en tant que bénévoles d’abord, mais également en tant que spectateurs. L’année passée nous avons créé la Scène Effervescente : une scène en accès libre pour permettre à tous de découvrir l’esprit du festival. Cette année la scène sera située dans le centre de la ville pour permettre un meilleur accès au plus grand nombre.

Il y a un an nous avons embauché Christopher Lapotre en tant que coordinateur local du festival. C’est lui qui fait le lien avec les habitants et les entreprises locales en faisant vivre l’activité de l’association à l’année. Avec Christian Bigot, le président de l’association Voix Ô Pays, ils font un travail énorme de recherches de partenariats, de communication, d’actions culturelles etc.

Il y a d’importantes répercutions économiques sur le territoire, même si nous n’avons pas encore fait d’études pour les chiffrer. Par l’organisation du festival en lui même : nous devons loger et nourrir énormément de mondes sur une période qui va bien au delà des 3 jours du festival. Pendant environ 2 semaines, ce ne sont pas moins de 20 à 300 personnes (organisateurs, techniciens, artistes, bénévoles…) qui œuvrent sur le site. Et puis les festivaliers bien sûrs, qui peuvent venir de loin et du coup doivent d’héberger, se nourrir et en profitent pour découvrir la région et ses spécialités. Les vignerons sont depuis le début au cœur de l’événement !

Depuis 5 ans, vous l’avez vu grandir comment ce festival ?  

Le festival a beaucoup grandi et continuera d’évoluer. Nous ne cessons de nous remettre en question tous les ans : programmation, format, accueil des festivaliers etc. tout ça est rediscuté chaque année !

LouiseAttaque BullesSonores 2016- credit Mathias Nicolas

A quoi ressemble le public des Bulles, d’où vient-il ? 

Le public est à l’image de la programmation : éclectique ! Beaucoup de jeunes évidemment, les étudiants commencent tout juste leurs vacances et c’est un bon moyen de décompresser après la première période de rentrée. De plus le prix d’entrée est très attractif ! On retrouve également beaucoup de familles venues pour les têtes d’affiche ou pour les légendes de la musique. Le public est essentiellement issu de la région Occitanie et nous constatons que de plus en plus de gens viennent de plus loin !

Que diriez-vous à un festivalier, comme l’équipe d’Opus, qui vient pour la première fois aux Bulles : à quoi peut-on s’attendre et est-ce que vous avez des conseils à donner ? 

Venez comme vous êtes ! Le public des Bulles est très ouvert et l’ambiance y est toujours très chaleureuse. On peut voir tous les concerts sans frustration car les 2 scènes jouent en alternance, les tarifs sont très raisonnables, on y boit du bon vin (avec modération), et si vous ne vous sentez pas de dormir sous tente fin octobre, plusieurs solutions s’offrent à vous : des tipis deluxe dans le camping, à la location de studios et villas à quelques kilomètres de Limoux (avec navette incluse !). 

Quand on regarde la programmation, on retrouve plusieurs ambiances musicales. Un côté roots et un côté très moderne entre rap et électro. Ces couleurs musicales sont les mêmes depuis le début ? 

Nous avons un peu cherché notre public sur les premières éditions. Mais au final ce qui fonctionne c’est l’éclectisme, tout en restant cohérents dans le choix des artistes.

Vous, personnellement, il y a un groupe que vous attendez tout particulièrement ? Si oui pourquoi ? 

J’ai hâte de voir Georgio pour ces textes et sa présence. Puis les découvertes de la scène des bulles et plus particulièrement Nomadic Massive que je n’ai pas eu l’occasion de voir sur scène puisque étant canadiens, ils sont en France qu’à de rares occasions. Le style de ce groupe cristallise toutes les ambiances que nous cherchons dans ce festival : hip hop, funk, soul, électro rock……le tout en de multiples langues.

Si on essaye de se projeter, quels sont les artistes que vous rêveriez de voir à Limoux ?  

Il y a quelques groupes sur lesquels nous travaillons depuis des années, mais il y a toujours un problème avec les agendas… et comme je suis très superstitieux, je ne préfère pas donner les noms…

Et enfin, quel est votre plus beau souvenir musical sur le festival ? 

Le concert de Louise Attaque l’année passée ! Le chapiteau était rempli comme jamais, le show était magnifique et tous les tubes du groupe qui réunissaient toutes les générations : des frissons dans tout le corps !

Merci Pierrick et on se retrouve à la fin du mois pour Les Bulles ! 

Merci Opus !

BullesSonores 2015_Ambiance_Credit_Didier Donnat

Retrouvez Les Bulles Sonores sur Facebook, retrouvez la Prog’ complète sur le site des Bulles Sonores