Dropkick Murphys ©TBiarneix

Rio Loco Jour 2 : Le Massachusetts nous est tombé sur la tête

A Rio Loco, le temps s’est mis au diapason.

Après notre légère déception du premier jour, nous voilà reparti sur l’île celte en plein coeur de Toulouse. Les yeux forcément rivés au ciel pour scruter la météo, c’est avec un plaisir non dissimulé que nous avons commencé à déambuler sur la Prairie des filtres pour cette deuxième journée de Rio Loco.

Météo

Rio Loco 2016 ©Thomas Biarneix

Les premiers festivaliers déjà sur place prennent le temps de flâner et se font parfois arrêter par un escadron de gendarmes mobiles en kilt. C’est la Police Occitane de Proximité qui s’est habillée pour l’événement !

Police Occitane de Proximité

Police Occitane de Proximité – Rio Loco 2016 ©Thomas Biarneix

Puis direction la scène Garonne, dont nous ne vous avons pas encore parlé. Cette petite scène, niché proche de la… Garonne, non loin de la scène Village propose un spectacle jeune public tous les jours avant le début des concerts à 18h00. Sauf que pour parer aux éventuelles intempéries, le spectacle est rapatrié sous la Tente aux étoiles. Moment convivial et familiale entre conte et musique.

DSC08123

Déjà sur place, nous nous dirigeons vers la scène Village pour le premier concert de la journée avec Cuarteto Caramuxo. Groupe originaire de Galice, composé d’une petite batterie et d’instruments à vent, nous propose un joli moment festif. Parfait pour entamer cette soirée.

Cuarteto Caramuxo ©TBiarneix

Cuarteto Caramuxo – Rio Loco 2016 ©Thomas Biarneix

Toujours sur la scène Village, place à Sam Lee, dont nous avions parlé ici avant le festival. Avec sa Pop Folk plutôt sympa, nous profitons de quelques rayons de soleil et d’une bonne Guinness.

Sam Lee ©Tbiarneix

Sam Lee – Rio Loco 2016 ©Thomas biarneix

Direction la scène Pont Neuf pour Kila. Quelques instruments traditionnels et une bonne grosse dose de bonne humeur. Rien de mieux pour nous préparer à ce qui va bientôt suivre sur cette même scène. Le public est bien présent et quelques parapluies s’ouvrent au passage d’une averse légère et rafraichissante mais qui ne gâchera pas la soirée.

Kila ©Tbiarneix

Kila – Rio Loco 2016 ©Thomas biarneix

Avant le clou de la soirée, retour sur la scène Village pour aller écouter le jazz celte d’Offshore Quartet. Un niveau technique impressionnant même si l’alchimie avec le public est un peu difficile. On y traîne quand même l’oreille avec de rejoindre à nouveau la grande scène.

Offshore Quartet ©TBiarneix

Offshore Quartet – Rio Loco 2016 ©Thomas Biarneix

Et voilà, on y est. C’est au tour des Dropkick Murphys de clôturer cette deuxième soirée (qui se sera tenue jusqu’au bout !). Le public les attend de pied ferme (Et nous aussi, l’appareil photo vissé sur l’oeil). Le groupe de Boston fait monter la température avec une chanson classique irlandaise, la scène plongée dans le noir. Puis feu ! Les Drop débarque sur scène. Guitares saturées, avec deux murs de 6 amplis marshall pour faire cracher un peu le son. Banjo, accordéon et pipes sont aussi de la partie. La public ravi entonne la plupart des morceaux, et vibre comme un seul homme au son punk trad des natifs du Massachusetts. Presque une heure et demi de concert où tous leurs classiques (ou presque) sont joués.

Dropkick Murphys ©TBiarneix

Dropkick Murphys – Rio Loco 2016 ©Thomas Biarneix

Dropkick Murphys ©TBiarneix

Dropkick Murphys – Rio Loco 2016 ©Thomas Biarneix

Dropkick Murphys ©TBiarneix

Dropkick Murphys – Rio Loco 2016 ©Thomas Biarneix

Bref, encore une soirée où nous nous sommes régalés. On vous dit évidemment à ce soir pour ce troisième jour de festival. En attendant, vous pouvez retrouver toutes nos photos de la soirée ici :