Les 4 concerts à ne pas manquer à Ellipse Festival !

Les 4, 5 et 6 octobre, Topophone organise la 3e édition d’Ellipse Festival ! Un événement audacieux, qui devrait intéresser les plus curieux d’entre vous. On a proposé à l’équipe du festival de nous présenter les projets coup de coeur de cette édition 2019, qui sera lancé lors de nos 7èmes Parenthèses Acoustiques le 22 septembre à la Sainte Dynamo !

Vox Low : vendredi 4 octobre


Dancefloor froid et brumeux à prévoir pour Vox Low, gros coup de cœur de l’équipe depuis la sortie de leur album éponyme sur l’incontournable label français Born Bad Records. C’est un album qui à mon sens pourrait constituer la version sonore de 1984 de George Orwell, vu l’ambiance complètement dystopique qui s’en dégage. Et la pochette d’inspiration industrielle ne fait que le confirmer.

Comme leur label le décrit très bien, « Vox Low sur scène c’est une version acid-house de Jesus & Mary Chain », ou bien même une version cold wave du Velvet, une version disco de Joy Division. Au choix. Ils sont en tout cas bien loin des live sans âme délivrés par certains groupes à machines, avec juste ce qu’il faut de guitares mordantes et une basse hypnotique pour relever le tout. Le message est tranchant (You are a slave, Something is wrong) et le rythme est dansant, voilà qui devrait ravir les fans de krautrock comme les adeptes de musiques électroniques, et en particulier ceux qui détestent danser, mais qui là, vont être un peu obligés…

Louisa

Thurston Moore : samedi 5 octobre


On ne va pas pouvoir vous présenter la 3e édition d’Ellipse Festival sans vous parler de la venue exceptionnelle du grand monsieur qu’est Thurston Moore, membre fondateur de Sonic Youth. On parle d’un groupe qui a marqué à vie la décennie 90 et les suivantes, on pense à tout l’album « Daydream Nation » (en boucle et très très fort) à « Goo », « Washing Machine », et, évidemment on parle aux amateurs de son distordu, à la fois hargneux et mélancolique, d’aigus, de larsens, d’accordages un peu fous et de Jazzmaster.

Mais ce serait dommage de n’évoquer Thurston Moore qu’à la lumière de feu le groupe qu’il formait avec Lee Ranaldo, Kim Gordon et Steve Shelley jusqu’en 2011, puisqu’il n’a pas manqué de nous livrer plusieurs albums solo depuis 1995, sans jamais cesser ses recherches et expérimentations sonores. Prolifique et proactif, il collabore depuis plusieurs décennies avec nombre de musiciens et musiciennes aussi éclectiques que riches. Ce que l’on apprécie, c’est que sa musique semble n’avoir pas vieilli d’un pouce, et son son a toujours su rester intemporel.

Sa discographie en solo est donc foisonnante, et on vous conseille d’y plonger. Coup de cœur pour l’album « Trees Outside the Academy » (2007), aux accents acoustiques et riche en arrangements de cordes, et montre que l’artiste a toujours su s’aventurer hors des sentiers battus. Son dernier en date, « Rock’n’roll Consciousness », est à écouter d’urgence pour se préparer les feuilles à son live.

Un nouveau disque truffé d’inédits sortira le 21 septembre. On est évidemment très heureux.ses de l’accueillir, et il sera présent avec son groupe.

Louisa

Michelle Blades : samedi 5 octobre


Des morceaux parfois rock, d’autres fois plus planants ; tantôt lancés au pas de course, tantôt plus calmes ; en duo guitare-voix ou avec tout un groupe pour accompagner le chant ; en anglais ou en espagnol, le moins que l’on puisse dire c’est que l’univers de Michelle Blades est très riche. Et pour cause la jeune femme a déjà vécu dans pas moins de quatre pays différents au cours de sa vie ! Cela a évidemment eu des conséquences sur ses compositions qui sont à découvrir sur les cinq albums qu’elle a élaboré à ce jour et dont le derniers, Visitor, est sorti en mars dernier sur Midnight Special Records.

Nous aurions encore pas mal de choses à vous raconter sur celle qui a finalement posé ses valises à Paris, il y a quelques années mais on ne voudrait pas spoiler ceux/celles qui viendront au Metronum le 5 octobre prochain !

Suzon

Chassol : dimanche 6 octobre


Artiste plus ou moins inclassable, Chassol est un joueur invétéré. Il joue avec les notes, les images de ses voyages, les rythmes et les harmonies. Il les étire, les répète inlassablement, les allie les unes aux autres…bref, il joue et fabrique, dans le même temps, des créations riches et, disons-le clairement : plutôt uniques.

D’ailleurs le jeu est le thème de son nouveau projet nommé Ludi, ce dernier est inspiré par le Jeu de perles de verre de Hermann Hesse. Sur ce nouveau terrain, le musicien fait entrer (entre autres !), des montagnes russes, des ballons et une cour de récréation. Oui, tout cela est curieux mais nul doute que le résultat sera au rendez-vous ! Au fait, vous l’avez noté ce rendez-vous sur Ellipse ? Non parce que nous on vous attend le 6 octobre au Metronum pour une double dose de Chassol, avec la rencontre de l’après-midi et le concert du soir !

Suzon

Retrouvez Ellipse Festival sur Facebook
Toutes les infos sur le site du Festival