Interview Mélanie Lesage : « Ce concert le 3 décembre va être riche en émotion pour nous. Ce sera le véritable lancement de ce nouveau bébé »

Mélanie Lesage jouera son premier concert le 03 décembre 2022 au Metronum, date organisée par le Focus d’Opus, dispositif d’accompagnement organisé par Opus. La naissance du projet et la description de sa couleur musicale : découvrez ce très joli projet avec cette interview de sa chanteuse Mélanie, à quelques jours du concert tant attendu !

Bonjour Mélanie ! On te connaissait avec le groupe rock Damantra, on te re-découvre avec Mélanie Lesage. Comment est née l’envie de créer ce nouveau projet ?

Salut ! En fait, pendant le COVID on a commencé à composer des petites chansons en acoustique. En parallèle, j’ai eu la chance de récupérer un joli piano droit, et j’ai commencé à jouer un peu, et des compos ont commencé à arriver spontanément. Et en français. On n’allait pas pouvoir les exploiter avec Damantra alors je les gardais dans un coin. Y en a eu une, deux, trois… Et puis début 2022, on s’est retrouvé pendant 5 jours dans une salle en Ariège (Art’Cade) pour une résidence inattendue. En fait, on devait la faire avec Damantra mais Rémi (batteur de Damantra) a eu une intoxication alimentaire la veille. Du coup on s’est retrouvé Robin Virgile et moi là-bas, et on a bossé ces morceaux qui n’existaient pas encore réellement. Et bam ! ça fait des chocapics ! Ou plutôt, un projet tout neuf.

Un autre nom et une autre couleur musicale, pop folk. Tu peux nous citer les influences de Mélanie Lesage ?

En fait c’est une couleur qui est très naturelle pour moi dans la mesure où j’écoute des choses plutôt très calmes la plupart du temps. J’ai tendance à écouter en boucle l’album Worrisome Heart de Melody Gardot par exemple. Plus récemment, il y a Pomme qui me touche particulièrement. Et ensuite, Robin a amené une grosse influence de musique alternative indé comme Ben Howard.

 

Est-ce que tu as hésité à adopter un autre nom de scène ? Si oui partage-nous les idées qu’il y avait dans le chapeau !

Haha. J’avoue que j’ai eu un peu du mal à assumer le fait que ce soit en mon nom. J’avais peur que les gens pensent que ça y est, je prends la grosse tête haha. Surtout qu’en plus je suis pas seule en scène. Au début je voulais appeler ça Bleu Canard parce que je suis littéralement obsédée par cette couleur haha. Mais on m’a conseillé de plutôt le mettre en mon nom, pour que la distinction entre ce nouveau projet et Damantra se fasse mieux. J’ai proposé Mélanie et les Deux Connards, mais on en est restés à Mélanie Lesage haha.

 

L’autre surprise, c’est le chant, en Français ! Est-ce que tu peux nous dire pourquoi ce choix, et si tu as adopté une méthode d’écriture différente ?

En fait un jour j’ai commencé à jouer 4 accords au piano, et c’est des paroles en français qui ont commencé à sortir toutes seules. Et ça a recommencé ensuite. Du coup voilà comment c’est arrivé. J’ai une manière d’écrire qui est très instinctive. J’écoute la musique, et les paroles sortent petit à petit, j’ai juste à tirer la pelote de laine. Ça parait un peu mystique mais ça a toujours été comme ça haha. Ça rend les textes peut-être un peu moins travaillés par moments, mais il y a ce côté authentique qui est très cher à mes yeux. C’est ça aussi pour Damantra. Donc non, rien de vraiment différent dans la méthode, juste le mood qui va plutôt vers l’un ou plutôt vers l’autre !

Les textes sont plus intimes que jamais, et le fait qu’ils soient en français va probablement rendre la connexion avec le public encore plus intense que ce à quoi je suis habituée.

Ce projet est à ton nom, mais tu es accompagnée de deux musiciens, tu nous les présentes ?

Haha oui il s’agit donc de Virgile Jennevin et Robin Fleutiaux, mes acolytes de Damantra. Dans ce nouveau projet, Virgile est principalement au lapsteel (guitare qui se joue à plat), mais il prend le dobro sur certains titres. Robin quant à lui est principalement à la contrebasse.  Ils font aussi des percus au pied.

Le projet en est à ses débuts : pourquoi avoir postulé au Focus d’Opus et quels retours fais-tu sur cet accompagnement ?

En fait, on a failli pas postuler haha. La résidence pendant laquelle le projet est né était la première semaine de janvier. On voulait postuler, mais niveau timing c’était serré serré. 3 jours avant la deadline, on avait pas encore tout enregistré. Je me souviens avoir dit à Robin « c’est bon laisse tomber, on postulera l’année prochaine, c’est trop la course », et lui qui me dit « si si aller ! on sait jamais ! On se motive on finit tout, il nous reste 2 jours! ». On a fini les prises la veille de la deadline je crois. Robin a tout mixé, un petit coup de master, j’ai fait une bio à l’arrache et hop, on a envoyé. Autant te dire qu’on a été très très surpris quand tu m’as appelée pour me dire qu’on était pris haha.

On voulait postuler parce que c’était l’occasion d’être accompagnés sur une année. Le projet était tellement neuf qu’on était sûrs de rien, et ça nous a donné une énorme dose de confiance d’être pris. On s’est dit « y a peut être quelque chose à creuser haha ». Et c’était cool d’avoir le soutien d’Opus et de tous les partenaires pour construire ce nouveau projet.

Juste avant la date du 03 décembre, tu seras en résidence au Cri’Art : tu peux nous expliquer ce que vous allez mettre en place ?

On va travailler un peu le son, vérifier que ce qui fonctionne en répète fonctionne bien aussi sur scène. On va essayer de trouver du temps pour travailler aussi un peu la scène, pour se préparer pour le Metronum.

Si tu devais donner envie à quelqu’un de venir te voir au concert du 03 décembre, tu lui dirais quoi ?

Ce concert le 3 décembre va être riche en émotion pour nous. Ce sera le véritable lancement de ce nouveau bébé et on a envie de partager ce moment unique avec les personnes qui seront là. Pour ceux qui nous connaissent avec Damantra, ce sera peut-être l’occasion de nous voir sous un autre jour, découvrir cette autre facette de nous. Nous en tant qu’artistes, mais aussi nous en tant que personnes. Les textes sont plus intimes que jamais, et le fait qu’ils soient en français va probablement rendre la connexion avec le public encore plus intense que ce à quoi je suis habituée.

 

Quel est l’avenir à court terme de Mélanie Lesage ?

Alors à très court terme je crois qu’on a une petite vidéo Opus qui sort la semaine prochaine ?? J’espère que je spoil rien haha.

Ensuite on a les premières dates qui arrivent, le Metronum, Le Cri’Art, La soulane, un concert à jauge réduite organisée par le Rio Grande… Des résidences aussi, parce qu’on a beau avoir fait beaucoup de concerts avec Damantra, là on propose quelque chose de radicalement différent, et on doit donc presque tout ré-apprendre. On a une 2e session live qui devrait sortir en début d’année aussi.

 

On en vient aux questions rituelles chez Opus : si tu pouvais organiser ton festival idéal, il se passe où et tu fais jouer qui ?

Un festival champêtre avec deux scènes seulement pour que tu puisses voir tous les concerts. Ça joue de 15h à 2h du mat. Du local, très local et de l’émergent. Ça commence tout doux l’après midi avec des artistes comme Julii Sharp, Augusta ou Marie Amali, puis ça monte progressivement en intensité, on fait la fête avec Karpouzi Mon Amour et les Beavers, un peu de rap avec Prade et HYL, puis on passe sur des trucs plus Rock avec Palace Vertigo, Madam et on finit avec du plus vénère avec CxK et NewTT. Tiens je me rends compte que naturellement y a pas mal de projets avec des meufs dedans haha. C’est vrai que c’est super important ça aussi. Il est grand temps que l’équilibre se fasse à ce sujet.

 

Et enfin, tu sais qu’Opus aime les découvertes musicales : quels sont les 3 projets que t’aimerais faire écouter à nos lecteurs ?

Les 3 artistes locales que j’écoute quand je suis dans mon mood cocon : Marie Amali, Julii Sharp et Augusta.

Merci Mélanie : on a hâte de re voir sur scène le 03 décembre au Metronum (on rappelle que le concert est gratuit)

Interview par @remysirieix
Toutes les photos par @annesophie.morel